Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : Cocos De Rueil
  • Cocos De Rueil
  • : Blog de la section PCF de Rueil-Malmaison et de Garches
  • Contact

Halte à la vie chère !

Recherche

L'Humain d'abord

 

Cliquez sur l'image pour lire le texte

                      Cliquez ICI pour lire le texte

Le PCF : votre bien commun

Adhérez en ligne au PCF

5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 17:08

M. Ollier à répondu à la lettre que nous lui avions envoyée concernant la fermeture de l'unité de soins de longue durée de l'hôpital Stell de Rueil-Malmaison.

La fermeture de l'unité de soins de longue durée de l'hôpital Stell découle directement de l'application de la Loi de financement de la sécurité sociale pour 2006. Cette Loi ne tombe pas du ciel comme la lettre de M. Ollier pourrait le laisser croire. M. Ollier et ses amis ont voté cette Loi.  Alors, vous avez tous les éléments pour trouver qui est responsable de la fermeture du service.

Repost 0
Published by PCF Rueil - dans Local
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 16:00

Avec la taxe carbone, Nicolas Sarkozy s’appuie une nouvelle fois sur une vraie question - comment ne pas être favorable à la lutte contre la dégradation de l’environnement - pour imposer une injustice de plus. Dès les premières annonces, ce nouvel impôt avait été présenté pour compenser la suppression de la taxe professionnelle, vieille revendication du Medef.


Ce projet est donc à l’opposé d’une taxe vertueuse pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. Dans l’état actuel du dossier, l’opération pourrait se traduire par un allègement d’impôts pour les patrons de 8 à 18 milliards d’euros, très largement payé par les ménages.


Une question aussi importante que celle de la fiscalité écologique mérite un grand débat national sur les moyens de changer les modes et rapports de production afin de combiner progrès social, démocratique et écologique. Cette taxe va carboniser le pouvoir d’achat des ménages, sans apporter une solution durable pour lutter contre le réchauffement climatique.


Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

Pour voir le tract, cliquez ICI

Repost 0
Published by PCF Rueil - dans Environnement
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 15:52
 

Des millions d’enfants et d’adolescents retrouvent aujourd’hui le chemin de l’école. Je tiens à souhaiter à chacun d’eux, ainsi qu’aux personnels de l’Education nationale, une excellente nouvelle année scolaire.


On le sait, cette rentrée s’annonce très difficile. Avec 60 000 enseignants en moins dans les classes depuis 2003, les classes seront encore plus chargées... et le temps disponible de chaque enseignant pour suivre chaque enfant plus réduit.


Derrière les beaux discours, la réalité est là : la droite organise la pénurie de cours et d’enseignants quitte à sacrifier l’avenir du plus grand nombre. C’est un véritable scandale. Comment alors ne pas partager l’inquiétude des parents qui se demandent si leur enfant aura demain toutes les connaissances, les diplômes, les qualifications ouvrant l’accès aux emplois de son choix ?


Face au choix de l’appauvrissement de l’Education nationale et de sa soumission aux principes libéraux de la marchandisation du savoir et de la concurrence entre établissements, il y a urgence à imposer un autre chemin pour l’école. Un chemin visant la construction de chaque individu, son épanouissement, l’éducation de son esprit critique, son insertion dans le monde professionnel : c’est bien la réussite de tous et toutes que nous devons viser.


Pour cela, l’école doit redevenir une priorité pour notre société ; des moyens conséquents doivent être mobilisés pour lutter contre les inégalités scolaires : 150 000 enseignants et 45 000 personnels d’encadrement doivent être recrutés en cinq ans ; un fonds national contre les inégalités scolaires doit être mis en place pour assurer la réussite de tous et toutes.


C’est le sens de la bataille que les communistes lancent pour cette rentrée, aux côtés des enseignants et des parents d’élèves, pour changer l’école et en faire l’affaire de chacun d’entre-nous.


Marie-George Buffet

députée, secrétaire nationale du PCF


Repost 0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 15:43

Pour sa rentrée politique, Marie-George Buffet n’est pas venue les mains vides. Face à l’agitation qui gagne les rangs à gauche sur les « primaires » et les alliances au centre dans l’espoir de battre Nicolas Sarkozy en 2012, la secrétaire nationale du PCF avait dans sa besace des idées et une proposition phare. Pour elle, ces deux voies qui agitent la sphère politico-médiatique sont en effet des « impasses ». Première voie sans issue : l’idée d’un « rassemblement du PCF au Modem », avancée entre autres par le socialiste Vincent Peillon. « Sur quel projet, quelle politique les électeurs pourraient se mobiliser ? demande la responsable communiste. Toujours les mêmes politiques sociales libérales, centro sociales ? Toujours les mêmes politiques respectueuses de la libre concurrence en Europe et du tout marchand dans le monde ? » Elle a donc mis les points sur les « i »: « Dans cette alliance du PCF au Modem, vous pouvez barrer « PCF ». Les communistes ne prendront pas ce chemin de la défaite pour la gauche. »


La seconde impasse, pour la députée communiste, est celle contenue dans l’appel paru dans Libération pour des primaires à gauche, visant à éliminer par avance tous les autres candidats hors du PS à l’élection présidentielle. Pour elle, ces primaires seraient « un premier renoncement face à la droite » car elles tournent le dos au « besoin de grandes avancées démocratiques et d’une nouvelle République » au profit des « seules logiques présidentialistes ». C’est aussi « la tentation du plus petit dénominateur commun face à la droite », car « une primaire assurerait le choix de celui ou celle qui serait d’abord dans l’air du temps. Avec un air aussi pollué que le nôtre par les idées libérales, ces primaires seraient un autre renoncement face à la droite ». MG Buffet voit poindre derrière la tentation du bipartisme à l’anglo-saxonne : « Lorsqu’on regarde les idées avancées par ses signataires, on voit bien que leur idée est d’aller vers un système politique divisé en deux blocs, républicains contre démocrates, travaillistes contre conservateurs qui, la preuve est faite, ne se disputeront que l’alternance du pouvoir, sans jamais remettre en cause l’essentiel des choix économiques et sociaux. » Pour la dirigeante, le « bon chemin » serait plutôt de « chercher à remobiliser l’électorat populaire » à partir « de propositions concrètes » et de « rassembler une majorité à gauche sur des solutions, un projet, des réponses », comme d’« interdire les licenciements dans les entreprises bénéficiaires et de reconnaître de nouveaux droits aux salariés à l’entreprise », de « se prononcer clairement pour des nationalisations » bancaires, pour « l’augmentation des salaires », pour « un financement de la protection sociale pénalisant les placements et les revenus financiers », pour la « suppression du bouclier fiscal », « une sécurisation de l’emploi et de la formation »… C’est aussi « cesser de tergiverser et affronter enfin l’Europe sur les questions de services publics pour en finir avec le dogme de la concurrence libre et non faussée ». « Une telle construction, vu le débat à gauche et les troubles dans les consciences, n’est pas facile », mais pas question de « repousser aux calendes grecques cette alternative » vu « l’urgence », a-t-elle affirmé. Elle fait « une proposition concrète à tous ceux qui veulent que ça bouge à gauche. » : « Donnons-nous septembre et octobre pour ouvrir des ateliers sur des thématiques concrètes » comme « l’utilisation de l’argent, la réforme des institutions, une nouvelle façon de produire… Confrontons-nous et ainsi nous verrons les contours d’un rassemblement solide. »


Ces échanges pourraient être suivis d’« un point d’étape » en novembre, sous la forme d’un « grand rassemblement populaire » pour « acter les convergences ». Une proposition qu’elle devrait réitérer « à toutes les forces de gauche » à la Fête de l’Humanité.

Repost 0
Published by PCF Rueil - dans National
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 22:36
 
Repost 0
Published by PCF Rueil - dans Local
commenter cet article
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 15:08
Repost 0
Published by PCF Rueil - dans National
commenter cet article
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 16:58

Comment riposter et donner un avenir à une perspective politique progressiste ?

Le remarquable succès de la soirée du 3 juillet à la Mutualité, à l'initiative des partenaires du Front de gauche, confirme, s'il en était besoin, le potentiel d'élargissement et d'approfondissement de la démarche du Front de gauche. La qualité et la représentativité des grands témoins qui avaient répondu présent, la richesse des échanges qui ont eu lieu tout au long de la soirée, la disponibilité partagée pour des constructions positives qui respectent le rôle de chacun, l'exigence de projets communs permettant aux forces de transformation sociale de reprendre durablement l'initiative face au pouvoir de droite ont marqué cette soirée. Le pari de la tenir à cette date improbable a été réussi. L'affluence était au rendez-vous. Cela doit faire réfléchir. L'attente est bel et bien là. Et, plus que cela, la conviction que nous jouons, là, l'avenir de toute perspective politique progressiste. Les espaces de rencontres ouverts par les militants communistes dans les fêtes locales ou départementales qu'ils tiennent depuis le début de l'été, les discussions poursuivies sur le terrain, dans les luttes, les entreprises ou les quartiers, confirment également ce potentiel. Cela invite à déployer cette démarche tout l'été jusqu'à la Fête de l'Humanité, en saisissant toutes les occasions d'ouvrir le dialogue, en ouvrant en quelque sorte, à travers de multiples rencontres décentralisées, un espace public de débat national sur les perspectives d'un projet politique de transformation sociale.

L'objectif que nous nous sommes fixé au lendemain de l'élection européenne - poursuivre, enraciner et élargir la démarche du Front de gauche - est à notre portée parce qu'il va au-devant d'un large besoin de convergences dans la riposte comme dans la construction d'alternatives. À celles et ceux qui s'interrogent sur les chemins concrets d'un élargissement du Front de gauche, ces premières initiatives indiquent une direction féconde : le travail sur le projet. C'est-à-dire, indissociablement, le travail d'élaboration des politiques nouvelles dont notre pays a besoin et le travail de construction des majorités, qui nous donneront les moyens de les porter au pouvoir et de les mettre en œuvre avec succès. C'est ce travail de projet qui unira toujours plus largement, qui fondera des bases toujours plus solides pour le rassemblement, qui ancrera la démarche populaire qui fait encore largement défaut à la construction engagée. Il faut inventer en marchant les espaces partagés de ce travail.

Les acteurs potentiels du Front de gauche ne sont pas seulement les militants ou les soutiens de tel ou tel de nos partis politiques, ce sont aussi des citoyens, des acteurs engagés du monde social, des électeurs ou des abstentionnistes de toute sensibilité à gauche qui ont un besoin urgent d'ouvrir des perspectives à leur vie et à leurs combats. Lutte contre les inégalités, transformation du travail, sécurisation de l'emploi, relance de la protection sociale, services publics, démocratie sociale, droits nouveaux des salariés, défense des missions publiques et sociales des métiers, écologie et nouveau mode de développement, avenir de la planète, droits et libertés, Europe... rien que les pistes évoquées lors de la soirée du 3 juillet fournissent déjà quantité de sujets et de matière à de possibles ateliers de travail sur le projet, à de possibles luttes communes. Bien entendu, ce travail va de pair avec l'interpellation continue qui doit être la nôtre à l'égard de toutes les forces de gauche et écologistes qui se déclarent intéressées à ouvrir, face à la droite UMP, une nouvelle perspective de transformation sociale. Il ne suffit pas aux uns ou aux autres de faire des déclarations chacun dans leur coin, en continuant en fait de tenter de structurer l'avenir autour de leur propre conception. Le rassemblement souhaité par notre peuple suppose indissociablement unité et cohérence du projet. Il est donc indispensable d'agir pour résorber le décalage patent entre l'éclatement du paysage politique et les attentes populaires d'un projet rassemblé. Et de le faire en imposant comme fondation de toute construction la nécessaire réponse à ces attentes populaires.

Le Parti communiste, comme les autres partenaires du Front de gauche, multiplie à cet effet les rencontres bilatérales. Nous souhaitons pour notre part, comme nous l'avons indiqué, une rencontre rapide des partenaires du Front pour tirer ensemble un premier bilan de ces rencontres et du 3 juillet. Notre objectif doit être clairement de faire bouger les lignes, par les luttes et le débat politique, en poussant par exemple à sortir de leurs rails de certitudes les forces qui veulent continuer leur chemin comme si de rien n'était : écologistes qui pensent pouvoir échapper à la confrontation avec les logiques capitalistes, socialistes qui continuent de penser contre toute évidence que le monde de la gauche tournera éternellement autour d'eux et de leurs choix, militants d'extrême gauche qui persistent à vouloir tenir à l'écart l'objectif d'aller gouverner quand c'est précisément le renoncement à l'ambition de réconcilier pouvoir et transformation sociale qui décrédibilise la gauche aux yeux du peuple... À tous, nous disons qu'il y a plus et mieux à faire dans l'intérêt de notre peuple. Nous ne voulons pas de murs considérés comme intangibles entre nous, mais pas non plus de rassemblements factices ou artificiellement tactiques. Nous voulons construire du solide pour notre peuple, pas à pas, déterminés dans la durée, en élaborant de manière transparente nos projets communs.

Nous abordons la perspective des élections régionales dans cet esprit. Mais le paysage est déjà dessiné, nous dit-on, et les lignes tracées. Il ne nous resterait qu'à choisir entre les deux places qui nous sont réservées, celle du renoncement à la majorité ou celle de l'alignement. Avec le Front de gauche, nous avons d'autres ambitions de projets et de conquêtes. L'heure n'est pas à en rabattre. Les urgences de la crise nous poussent à tout le contraire. Le travail autour de ces ambitions est, nous en avons la conviction, la voie la plus féconde d'un élargissement réussi et durable du Front de gauche.

C'est ce travail qu'il faut amplifier sans attendre.

 

Repost 0
Published by PCF Rueil - dans Front de Gauche
commenter cet article
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 16:37

Le PCF entend mettre l’été à profit pour riposter à la politique de la droite et élargir le Front de gauche aux forces intéressées par la construction d’un nouveau projet. Pas de vacances pour le PCF. Les communistes seront sur le pont tout l’été dans la riposte à une droite elle aussi très active pour faire passer ses réformes. Ils saisiront chaque fois que néces­saire les eurodéputés du Front de gauche pour s’opposer aux mauvais coups en préparation.

Au menu de la résistance cet été : l’opposition au projet de privatisation de La Poste, mais aussi la poursuite du débat sur la ratification du traité de Lisbonne, interrompue en Allemagne sur décision de la Cour constitu­tionnelle, pour cause de menaces sur les droits des Parlements natio­naux. Mais au-delà de la riposte, les communistes entendent aussi mettre à profit l’été pour poursuivre et élargir le Front de gauche, après les résultats encourageants obtenus aux élections européennes (6,5 %). Les rencontres bilatérales du PCF avec les organisations du Front de gauche et d’autres forces (NPA, Alternatifs…), et, surtout, le succès de la Mutualité, le 3 juillet, témoignent de possibilités importantes pour poursui­vre le Front de gauche. Beaucoup de forces sociales, citoyennes, de personnalités sont disponibles pour travailler à la construction d’un projet commun face à la droite. On peut voir dans ce succès la validation de l’approfondissement du travail sur le projet comme question clé du rassemblement. Sinon, la gauche restera défaillante, et ce serait du pain bénit pour la droite et l’extrême droite. Hénin-Beaumont, où la victoire du FN a été évitée de justesse, est pour les communistes un cas d’espèce.

Cette dynamique de construction sur le projet est plus féconde que le lancement d’appels en tout sens, qui risquent de finir en pétards mouillés ne débouchant sur rien s’ils ne s’attachent pas à la construction d’une vraie alternative. Si la gauche n’est pas rassemblée, c’est parce que des débats la traversent. Les communistes n’entendent pas les esquiver et vont lancer la création d’ateliers du projet qui soient des lieux de confrontations ouverts aux forces politiques, sociales et citoyennes, avec une dimension populaire. Des initiatives qui devraient nourrir la prépara­tion de listes de rassemblement aux régionales. Sur quel périmètre et pour quelles alliances ? À ces questions, la direction du PCF n’entend pas donner de réponse prématurée. Il s’agit d’élargir le Front de gauche à l’occasion des régionales. Ils ne réussiront peut-être pas à rassembler toute la gauche, car il existe des divergences. Mais ils souhaitent ce rassemblement le plus large possible, et on verra bien jusqu’où ira ce rassemblement au moment de constituer les listes. Personne ne peut savoir où en sera la gauche en mars prochain. Lorsque le PCF a lancé l’appel pour un Front de gauche aux européennes, le 24 octobre dernier, le Parti de gauche et la Gauche unitaire n’existaient pas. La situation est extrêmement mouvante et les communistes refusent les schémas figés qui voudraient qu’on  n’ait le choix que dans l’alignement ou le confine­ment aux marges sans troubler la gestion des régions. Leur objectif reste d’empêcher la droite de conquérir des régions, ce qui implique la constitu­tion de majorités politiques pour les gouverner, mais sur la base de politi­ques audacieuses, pour aller plus loin que le bilan des six dernières années.

Repost 0
Published by PCF Rueil - dans National
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 23:25
Repost 0
Published by PCF Rueil - dans National
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 15:03

Le G8 Alimentation s’ouvre en Italie du 8 au 10 juillet dans un contexte historique où la faim a atteint son plus fort niveau. Plus d’un milliard d’êtres humains dans le monde souffrent de famine et de mal nutrition. En avril dernier, le G8 de Rome s’était conclu par de louables intentions, mais un terrible aveu d’échec sur l’objectif de réduire d’ici 2015 de moitié les malnourris dans le monde, engagement pris lors du sommet mondial de l’alimentation en 1996.

Lors de la présidence française de l'Union Européenne, Nicolas Sarkosy avait promis des mesures pour lutter contre le volatilité des marchés. L'échec de cette dernière repose précisément sur la ibéralisation au pas cadencé de la Politique Agricole Commune

Pour lire la suite, cliquez ICI ou sur ce qui reste de la pomme (... de la Terre).

Repost 0
Published by PCF Rueil - dans Environnement
commenter cet article